Archives expositions personnelles France

Archives expositions personnelles (A)

  Alice Anderson, Data Space

  Espace Louis Vuitton, Paris

  05.06 - 20.09.2015

Communiqué de presse


Après l’exposition Fil rouge, L’Espace Louis Vuitton Paris propose une nouvelle exploration du thème du fil en invitant l’artiste franco-britannique Alice Anderson à s’emparer du lieu pour présenter une exposition inédite : Data Space.























































.
















 







Exposition du 5 juin au 20 septembre 2015. Espace Louis Vuitton, 60 rue de Bassano - 75008 Paris. Tél.: +33 (0)1 53 57 52 03. Entrée libre du lundi au samedi de 12h à 19h, dimanche et jours fériés de 11h à 19h.




Caroline Amoros, perfomance 62 rue Beaubourg, Paris

© ArtCatalyse / Marika Prévosto 2015. Tous droits réservés

Alors que la planète se virtualise, que la plus grande partie de notre génération digitalisée s’externalise, que la plus grande partie de notre mémoire digitalisée s’externalyse, Alice Anderson vit comme une nécessité de travailler sur un processus alternatif de mémorisation, « un enregistrement du présent » pour appréhender le monde en devenir. Recréer un rapport à l’espace et aux objets, procéder à une mémorisation qui passe par un rapport physique aux choses à l’aide de fil de cuivre (voir galerie photos ci-dessus), sont devenus pour l’artiste une nécessité absolue.


Elle crée pour ce faire des capsules temporelles destinées à « garder en mémoire » par un processus d’enregistrement particulier. Cette technique de « tissage », qu’elle a elle-même développée, consiste à passer inlassablement du fil de cuivre autour d’objets qui semblent, une fois la performance terminée, comme momifiés.


Le mouvement qui projette le fil autour de la forme y inscrit l’essence d’un geste corporel. L’énergie générée par la vitesse des mouvements et les reflets de lumière renvoyés par la matière se rapprochent de façon informelle de certains rites primitifs comme celui du feu.


Pourtant, il n’y a aucune nostalgie dans cette démarche. Plutôt un désir de mouvements constants et de création de nouveaux pôles. Comme une promesse d’éternité et l’espoir qu’un jour, ces objets, ces lieux et ces espaces cristallisés seront un nouveau repère pour autrui.