Dispositif d'installation


Après une édition dans la cour de l’Hôtel Goüin, le collectif d’artistes sonores Alma Fury (Vonnick Mocholi - Claude Besnard) installe du 15 septembre au 3 octobre 2010, du mardi au dimanche, de 10h à 18h, un habitat/son dans le jardin du Musée des Beaux-Arts de Tours, pour une invite à une nouvelle expérience d’écoute singulière.


Cette année, ils convient l’artiste plasticien Bernard Calet (dont le travail porte sur la notion d’espace et de déplacements) à élaborer ensemble le module d’écoute. Les relations entre le son, le paysage et l’abri , leurs interactions et interdépendances ont été les axes de leurs recherches, soit axe - ohm.


Le matériel sonore provient d’informations de nature lumineuse invisible, d’ondes électromagnétiques, traduites en son par des astrophysiciens, Philippe Zarka & Ismaël Cognard (chercheurs au CNRS et partenaires de ce projet), de vibrations stellaires, d’enregistrements d’ondes issues des milieux naturels terrestres (entre autres in situ), ainsi que de sons électroniques constitués de formes sonores simples, proches des sonorités de notre environnement électronique quotidien.



Alma Fury, Axe-ohm, projet pour le jardin du Musée des Beaux-Arts de Tours, 2010

La pièce sonore constitue une composition poétique à la croisée de ces éléments et de ces phénomènes, amenant une double révélation : les informations en provenance de l’espace devenues audibles et les sons devenus visibles au moyen de l’installation mise en oeuvre.


D’emblée, la dimension spatiale interrogée est celle du macrocosme et de la particule, et la collaboration a consisté à conjuguer différents dispositifs pour donner à «perce-voir» des vibrations sonores et des vibrations lumières.


L’espace sonore est un abri parallélipédique de Plexiglass, avec un plafond transparent ouvert sur le ciel.

Les parois, à l’extérieur, sont recouvertes d’un matériau enveloppant (claustra kaléidoscopique) avec quelques ouvertures.

A l’intérieur, un dispositif quadriphonique emmène le visiteur dans des mouvements circulaires et ondulatoires.


Un système de diffusion basses fréquences est installé sous le plancher de l’habitat - son, permettant à chacun de ressentir les vibrations, faisant ainsi suite au travail engagé avec Brandon LaBelle dans Volume Sonore#1 avec des personnes malentendantes. Au sol, un plateau de sable animé par la membrane d’un haut-parleur basses fréquences place le regard au centre de ce volume sonore. Les mouvements des particules constituent des micropaysages sans ces se renouvelés.


De ce point focal , le regard pourra devenir panoramique, passant au travers du matériau paroi. Le paysage extérieur se trouvera diffracté en particules kaléidoscopiques ou passera, de temps en temps, au travers de fines ouvertures, comme des traits de paysages. Complice, la texture sonore spatialisée ouvrira le champ de perception et l’expérience du sensible.


Ce dispositif, qui place l’humain en son centre, nous rappelle également qu’à tout instant et à notre insu, nous pouvons être traversés par des flux de diverses origines (vents solaires, ondes radio, champs électromagnétiques, particules lumière ...), flux fondamentaux... Exposé à des faisceaux multiples , immergé dans un nuage électronique, le visiteur est ainsi placé au coeur de l ’axe – ohm.


Note d’intention des artistes



Création d'un geste architectural accompagnant une création sonore favorisant une situation d’écoute active.


Intervention dans un lieu public (parc, espace urbain...), pour sortir des lieux de diffusion habituels dédiés à l’art, faire découvrir des sonorités, des architectures, des arts visuels, interroger sur les interactions et le partage que cela génère :


Texte de Sylvie Vauclair astrophysicienne : La Chanson du Soleil


"La terre est sans arrêt bombardée de particules en provenance de l’espace intersidéral. Ce sont les «rayons cosmiques», matière échappée des étoiles et accélérée à des énergies fabuleuses par les explosions de supernovae. Lorsqu’ils passent à portée de la Terre, ces "rayons", en réalité des faisceaux de particules voyageant à des vitesses parfois proches de celle de la lumière, interagissent avec notre atmosphère et s’éclatent en grandes gerbes. Ces grandes gerbes cosmiques qui nous traversent sans que nous n’y prenions garde, sont détectées par des instruments spéciaux, qui peuvent les utiliser pour retrouver la composition initiale en éléments chimiques fondamentaux."


Alma Fury, Axe-ohm, projet pour le jardin du Musée des Beaux-Arts de Tours, 2010


© ArtCatalyse / Marika Prévosto 2012. Tous droits réservés

Collectif Alma Fury, Axe Ohm

Archives expositions personnelles France

  Alma Fury, Axe Ohm
  Jardin du Musée des Beaux-Arts de Tours
  15.09 - 03.10.2010


Archives expositions personnelles (A)