Communiqué de presse


L'exposition de l'artiste américain Scoli Acosta en cours au Fonds régional d'art contemporain de Basse-Normandie s'articule autour de deux installations qui révèlent ses préoccupations écologiques. Il propose un regard sur la vague "écolo" qui a envahi la Californie cette dernière décennie.


La première installation de Scoli Acosta, Big Well II, constituée d'objets, de peintures, de dessins et de vidéo, s'inspire de la ville de Greensburg au Kansas. Détruite à 95% en 2007 par une tornade d'une rare violence, cette ville est devenue une "Communauté Verte Modèle" lors de sa reconstruction. L'artiste cumule les informations, les objets recyclés et les assemble.


Les éléments qui constituent Big Well II font référence à l'histoire de Greensburg et à sa nouvelle identité: la tornade, la "green attitude", la météorite - dont un des plus grands spécimens de ce type a été trouvé dans les environs. Une série de dessins, réalisée pour l'exposition, est présentée dans le couloir et fait le lien avec la seconde installation, Founded.











© ArtCatalyse / Marika Prévosto 2012. Tous droits réservés

Scoli Acosta, Drawings and Projects au Frac BN

Founded reprend le principe d'accumulation d'éléments disparates. Ce projet, présenté lors du Prix du meilleur artiste à Zoo Artfair à Londres en 2009, synthétise la démarche de l'artiste. Sorte de résultat d'une fouille archéologique, l'installation est composée de formes récurrentes dans son travail: objets modifiés par des processus naturels, ou se référant aux mythes et à l'histoire américaine.


Au sein de cette installation, le motif du pentagone est ainsi présent dans les peintures, dessins et sculptures de la série Levitating the Pentagone. Elle s'inspire de la Marche vers le Pentagone de 1967, organisée pour protester contre la guerre du Vietnam, lors de laquelle un groupe de hippies a chanté pour tenter de faire léviter le Pentagone et de l'exorciser.


Scoli Acosta est né en 1973, il vit et travaille à Los Angeles.



Scoli Acosta, Big Well Nada, vues d'exposition, Miami 2008. Courtoisie Galerie Laurent Godin, Paris

Les oeuvres de Scoli Acosta portent l'empreinte du territoire américain, la richesse de ses contradictions et des utopies qu'il incarne :

J'essaie d'adhérer à une "esthétique de la débrouillardise", c'est-à-dire le recyclage, la remise en état, la réadaptation et la reproduction d'objets du quotidien et d'objets trouvés. Cette approche repose sur la nécessité de réduire, réutiliser et recycler (pour le bien de la planète), tout comme celle d'isoler et sublimer la poésie du quotidien.

Mon travail est visiblement "fait-main" et souligne mon intérêt pour les mécanismes low-tech et la façon dont les choses sont faites. (Scoli Acosta).


Exposition du 26 février au 13 avril 2011. FRAC-BN, 9 rue Vaubenard - 14000 Caen. Tél.: 02 31 93 09 00. Ouverture tous les jours de 14h à 18h sauf certains jours fériés.


Scoli Acosta, White Pentagonal Monochrome (tambourine), 2009. Photo: Jake Oas. Courtoisie de l'artiste et Galerie Laurent Godin, Paris

Scoli Acosta, White Pentagonal Monochrome (tambourine), 2009. Photo: Jake Oas. Courtoisie de l'artiste et Galerie Laurent Godin, Paris

Archives expositions personnelles France

  Scoli Acosta, Drawings and Projects
  Frac BN, Caen
  26.02 - 13.04.2011

Archives expositions personnelles (A)